Vous devez être connecté(e) pour répondre aux questions et participer aux débats.

Cette option est réservée aux membres de la Coalition Avenir Québec.

 

Cliquez ici pour devenir membre de la CAQ.

 

Vous êtes déjà membre de la CAQ?
Faites-nous parvenir votre numéro de membre et il nous fera plaisir de mettre à jour votre profil :

 

Votre numéro de membre CAQ :  

6 commentaires
  1. Oui, mais la démonstration qu’un tel individu doit resté « sous surveillance civile » (le système légal ayant des limites) doit pouvoir être faite à un juge.

        il y a 1 année
  2. Encore plus besoin qu’un registre d’armes à feu!!!!Plus utile pour protéger nos enfants et petits-enfants.

        il y a 1 année
  3. Nos lois protègent beaucoup plus les délinquants que les victimes. Il faut penser à la sécurité de nos enfants en premier.

        il y a 1 année
  4. S’il y en avait un.. iriez-vous vraiment le consulter? On jase là…

        il y a 1 année
  5. L’idée d’un registre public des délinquants sexuels porte en soi de grands risques de dérapage, en soumettant possiblement à la vindicte populaire des personnes qui ont purgé leur peine et payé leur dette à la société. Ainsi, si tel registre devait être mis en place il faudrait que l’équilibre se fasse de manière à assurer la protection du public sans soumettre d’autres individus au lynchage populaire.

        il y a 1 année
    • Je crois qu’entre 2 maux, il faut choisir le moindre. J’ai 2 petites-filles adolescentes. J’aimerais savoir si des prédateurs demeurent dans mon quartier…Surtout pour les alerter et faire de la prévention. Le risque de dérapage est minime. Là où un tel registre existe, il y a peu de vindicte populaire. Bref, les avantages du registre dépassent de loin les risques. Un peu comme la vaccination.

          il y a 1 année

Laisser un commentaire