Vous devez être connecté(e) pour répondre aux questions et participer aux débats.

Cette option est réservée aux membres de la Coalition Avenir Québec.

 

Cliquez ici pour devenir membre de la CAQ.

 

Vous êtes déjà membre de la CAQ?
Faites-nous parvenir votre numéro de membre et il nous fera plaisir de mettre à jour votre profil :

 

Votre numéro de membre CAQ :  

9 commentaires
  1. Je crois que l’intention est bonne, mais la dictée c’est pas un moment que tu apprécie énormément, particulière lorsque tu fais beaucoup de faute. Il faut que les jeunes écrivent davantage, mais pas nécessairement sur un clavier. Pourquoi pas quelque chose qui stimule un peu plus la création ou de plus stimulant ? Depuis plusieurs années, on n’a sans cesse augmenté le nombre d’heure en français dans les écoles, sans pour autant obtenir de résultat voulu. Beaucoup de gens veulent ajouter des nouveaux cours. Mais dès qu’on aborde ce débat on tombe dans un jeu à somme nulle, ou un ajout représente forcément un moins ailleurs. Ce qui n’a pas forcément à être le cas. Pendant ce temps, le taux de décrochage coûte littéralement cher (maintenant et plus tard). On veux des écoles plus autonome, alors il faudrait aussi arrêter de sans cesse vouloir aller « micro-manager » ce qui s’y passe.

        il y a 1 année
    • On parle d’un Ordre et de reconnaître davantage les enseignants. Les spécialistes ce sont eux, tout ce qu’ils demandent c’est plus de ressource et du soutient en terme de spécialistes disponibles.

          il y a 1 année
  2. Pour être sorti du secondaire il y a maintenant 3 ans, je peux vous dire qu’il y avait amplement de dictées. Bien sûr, c’est toujours à la discrétion de l’enseignant(e).

        il y a 1 année
  3. Et beaucoup plus de lecture…

        il y a 1 année
  4. Je suis d’accord avec Alexandre Carrier. Donnons les ressources aux enseignants pour qu’ils puissent mieux gérer les apprentissages dans leurs classes.

        il y a 1 année
  5. C’est un vieux moyen mais oh combien efficace

        il y a 1 année
  6. Mon fils est dysorthographique (comme la dyslexie, mais pour écrire). La dictée hebdomadaire est un calvaire pour lui à chaque fois. La dictée est un bon moyen pédagogique, mais pas le seul. Il doit s’inscrire dans un continuum de moyens utilisés par les enseignants.

        il y a 1 année
  7. Comment leur apprendre à écrire un « bon » français s’ils ne pratiquent pas et qu’ils ne lisent plus …?

        il y a 1 année

Laisser un commentaire